ChateauPichonBaron_2015_1286_689

Dégustation de Château Pichon Baron 2015 avec Jean-René Matignon (VIDEO)

Bookmark and Share

J’ai trouvé que Pichon Baron était vraiment fidèle à lui-même en 2015 : grand, puissant  et profond, un merveilleux Pichon dans un style classique. Il me fait penser à une synthèse des millésimes 2005 et 2009 : la fraîcheur, la profondeur et la structure tannique du 2005 alliées à la maturité séduisante du 2009.

Voici Jean-René Matignon et ses impressions sur le vin et le millésime.

Si la video ne s’affiche pas correctement, visualisez la version en ligne ici

PB15_ChS_JRM_1223_688

ChateauPetit-Village_2015_1218_685

Dégustation de Château Petit-Village 2015 avec Diana Berrouet-Garcia (VIDEO)

Bookmark and Share

C’étaient les premières vendanges de Diana à Petit-Village : un bon départ. Les merlots ont été magnifiques à Petit-Village cette année : mûrs, profonds et séduisants. Nos vieilles vignes de cabernet franc et cabernet- sauvignon ont aussi été exceptionnelles et ont apporté fraîcheur et structure à l’assemblage, donnant au vin harmonie et équilibre.

Un début remarquable pour Diana à Petit-Village et une année importante pour la propriété.

Si la video ne s’affiche pas correctement, visualisez la version en ligne ici

PV15_ChS_DG_1221_685

SD15_1219_690

Dégustation de Château Suduiraut 2015 avec Pierre Montégut (VIDEO)

Bookmark and Share

2015 a été une année exceptionnelle à Sauternes. Il y a eu un développement fabuleux de Botrytis sur un fruit parfait, le vin en conséquence est d’une grande richesse et d’une pureté remarquable. J’apprécie particulièrement l’équilibre frais et délicat de ce vin produit par Suduiraut cette année.

Voici l’avis de Pierre Montégut sur ce millésime et ce vin.

Si la video ne s’affiche pas correctement, visualisez la version en ligne ici

SD15_ChS_PM_1224_692_a

Bordeaux – Le millésime 2015 en primeur

Bookmark and Share

La frénésie des dégustations en primeurs se calme. Même si officiellement c’est un événement prévu sur une semaine, il dure en réalité un peu plus longtemps. C’est une période de l’année que j’apprécie toujours, l’occasion rêvée de goûter les vins des autres propriétés, mais surtout de goûter nos propres vins avec des professionnels venus des quatre coins de la terre et d’écouter leurs avis. C’est toujours amusant, mais déguster et échanger sur les vins du millésime 2015 a été particulièrement agréable cette année.

Suffisamment de commentaires ont déjà été écrits sur le millésime 2015, ce n’est donc pas une révélation de dire qu’il s’agit à mon avis d’une année exceptionnelle. Globalement, je trouve les vins extrêmement agréables, hédonistes et fascinants. J’ai pris beaucoup de plaisir à les goûter, ce qui n’est pas toujours le cas à ce stade de leur évolution. Je pense que c’est une année qui a permis une grande diversité d’expressions. Dans ce contexte général d’excellence, on découvre une importante variété de styles, allant de la maturité exubérante et séduisante de la rive droite à la pureté, la profondeur de fruit, la fraîcheur et la structure des grands vins de la rive gauche. Les sauternes sont également exceptionnels : harmonieux, élégants, équilibrés, avec un Botrytis pur et complexe. Et il y a aussi de très bons vins blancs secs. D’une manière générale, c’est une année généreuse et très satisfaisante. Une magnifique illustration des multiples facettes de plaisirs que Bordeaux nous offre dans un millésime extraordinaire.

Nous sommes producteurs sur la rive droite, sur la rive gauche ainsi qu’à Sauternes. Lors de la semaine des primeurs, j’ai goûté les vins avec Pierre Montégut à Suduiraut, avec Jean-René Matignon à Pichon Baron et avec Diana Berrouet-Garcia à Petit-Village. Nous avons filmé nos conversations et leurs avis sur leurs propres vins et ce millésime. Cette semaine, je publierai sur trois jours ces courtes vidéos, afin de vous faire partager ces dégustations de vins avec ceux qui les ont élaborés.

SD15_1219_690

Nous commencerons demain avec Pierre Montégut à Suduiraut. Nous irons mercredi à Petit-Village avec Diana Berrouet-Garcia et pour finir, nous irons jeudi avec Jean-René Matignon à Pichon Baron.

PV_PB_2015_475_270

QDN_quinta_a

Joyeux anniversaire Quinta do Noval

Bookmark and Share

J’ai organisé ces derniers temps différents événements et dégustations à l’occasion du 300ème anniversaire du vignoble de Quinta do Noval.

En réalité, la présence de vignes à Quinta do Noval remonte très probablement à bien plus de 300 ans. Le vignoble a été mentionné pour la première fois en 1715. Celui-ci faisait partie de l’héritage du jeune Francisco Álvares Taveira, futur abbé de Gouvães, qui devait apporter la preuve de sa richesse avant de prendre ses fonctions d’officiant. Mais si le cadastre fait déjà état d’un vignoble en 1715, c’est qu’il devait exister depuis un moment. Toujours est-il que nous fêtons aujourd’hui les trois cents ans d’existence de Quinta do Noval, si ce n’est plus.

QDN_quinta_a

QDN_quinta_b

Si l’on remonte un peu dans le temps, de nombreux artefacts romains, ainsi que des traces ressemblant beaucoup à un pressoir, ont été découverts lors de fouilles archéologiques sur le sommet de la colline de Noval. Si tel était le cas, du vin était donc produit sur ce site il y a plus de 2 000 ans, et j’aime à croire que c’était effectivement le cas, bien qu’aucune preuve formelle ne l’atteste.

Mais c’est l’histoire un peu plus récente qui nous intéresse ici. L’époque pendant laquelle des vins ont été produits ; ces vins que nous pouvons déguster de nos jours, et qui sont la mémoire vivante de la vie de la Quinta à cette époque. Depuis 1993, je suis le Directeur Général de Quinta do Noval, ce qui m’a permis de connaître intimement ce domaine et ces derniers 23 millésimes.

QDN_adega_a

QDN_adega_b

Avant cette date, je connaissais surtout l’histoire de la Quinta à travers ses vins. Parmi mes favoris figurent évidemment les extraordinaires Vintage Nacional et Vintage 1931, l’harmonieux et élégant Vintage 1955, qui a été l’une de mes plus grandes inspirations, ainsi que le Vintage Nacional 1966 qui est d’une remarquable finesse et délicatesse. Egalement des années soixante, le Vintage Nacional 1963 reste un vin unique en son genre, qui est jugé grand et proche de la perfection de la part de nombreux dégustateurs renommés et cela depuis sa jeunesse jusqu’à aujourd’hui. Les années soixante-dix et quatre-vingt ont été difficiles pour les vins de Porto en général et pour le domaine de Quinta do Noval en particulier, mais j’ai un faible pour la finesse du Vintage Nacional 1975.

Le Vintage Nacional 1994, magnifique, a signé le retour de la Quinta sur le devant de la scène : un énorme plaisir pour moi d’avoir connu un millésime si grand lors de ma première année. La note de 100 sur 100 décernée à ce vin par James Suckling alors qu’il écrivait encore pour le Wine Spectator a été un énorme coup de pouce pour Quinta do Noval et la preuve incontestable que ce vignoble d’exception était toujours capable de produire de grands vins. Nous avons ensuite connu une série de millésimes exceptionnels : 1997 a été une année importante pour nous puisque Robert Parker a accordé 100 points au Vintage ainsi qu’au Vintage Nacional, un doublé qui a donné un nouveau souffle à la renaissance de Quinta do Noval. Ont ensuite suivi les déclarations générales des Vintage 2000, 2003 et 2007. Comme toujours, le Vintage Nacional a suivi son propre rythme : s’il n’y a pas eu de déclaration de Vintage Nacional en 2007, les millésimes moins connus de 2001 et 2004 ont donné naissance à des Vintage Nacional exceptionnels.

Puis est arrivé le millésime 2011. Une année phénoménale pour les vins de Porto en général et certainement l’un des plus grands millésimes de l’histoire, avec de magnifiques vins produits par Quinta do Noval et la parcelle de Nacional. Le Vintage Nacional 2011 est déjà réputé comme un vin culte, ayant récolté 100 points ou l’équivalent par différents dégustateurs spécialisés.

Il s’agit, selon moi, du digne successeur des légendaires 1963 et 1931, le descendant d’une noble lignée. S’il a hérité de la grandeur de ses ancêtres, il possède aussi toute la force et la vigueur de la jeunesse et est prêt à affronter le siècle de longévité qui l’attend très certainement.

Nous avons déclaré les Quinta do Noval Vintage 2012 et 2013, des vins au charme irrésistible produits en très petites quantités. Historiquement, Quinta do Noval s’est déjà prêté à des déclarations excentriques, comme en 1931 par exemple. Inspirés tant par son histoire que par les vins eux-mêmes, nous n’avons pas hésité à réaliser ces déclarations, qui prennent une place très honorable à coté des autres millésimes mémorables de Quinta do Noval.

En parallèle de cette période de production de grands Porto Vintage, le vignoble historique de Quinta do Noval s’est également diversifié en se lançant dans la production de vins rouges non fortifiés. Nous avons créé notre premier vin rouge Quinta do Noval Douro DOC en 2004 et nous venons de voir partir les dernières bouteilles du 2012, un millésime classé premier lors d’une récente dégustation de vins rouges du Douro par Revista de Vinhos. Nous avons donc passé le relais au délicieux 2013, et aux millésimes 2014 et 2015 à venir, qui s’annoncent parmi les meilleurs jamais créés.

Dans un sens, ces nouveaux vins rouges (et blancs) du Douro renouent aussi avec l’histoire du domaine et du Douro. La mutation des vins du Douro s’est généralisée qu’à partir de la première moitié du 19e siècle. Le célèbre Baron James Forrester, qui s’est noyé dans le fleuve en 1861, était un fervent partisan des vins non mutés du Douro, signe que ces vins de qualité étaient monnaie courante de son vivant.

Il est certain que les vins de Porto comptent aujourd’hui parmi les plus grands vins du monde, que le Douro leur doit en grande partie sa renommée actuelle, et que personne n’aime plus que moi les grands vins de Porto. Cependant, nous avons probablement perdu quelque chose avec l’arrêt progressif de la production de vins non fortifiés au cours du 19e siècle. Nous ne saurons malheureusement jamais comment ces vins auraient évolué s’ils étaient restés au premier plan de la production vinicole du Douro.

Mais ce que nous savons aujourd’hui, c’est que la région du Douro est capable de produire des vins rouges – et blancs – non mutés d’un niveau international. La vallée se crée une nouvelle dynamique : des dizaines de producteurs indépendants, petits et grands, contribuent année après année à ce développement palpitant en élaborant d’excellents vins aux quatre coins de la région démarquée. Je trouve que cette évolution est très positive pour le Douro et son image et qu’il s’agit aussi d’une bonne nouvelle pour les amateurs de vin du monde entier. Je suis ravi que Quinta do Noval ait pu prendre part à ce mouvement dès 2004.

L’histoire d’un grand vignoble, comme celle d’une grande région, est le fruit du travail des générations qui nous ont précédé, dédiées à leurs terres et à leurs vins. Plus on remonte dans le temps, plus on apprend sur les traditions et le savoir-faire, un héritage sur lequel nous nous appuyons aujourd’hui. Mais dans le même temps, nous nous employons à bâtir l’avenir pour ceux qui nous succèderont sur ces terres. Ainsi, au moment même où je souhaite un très bon anniversaire à Quinta do Noval à l’occasion de ses 300 années d’existence établies, je souhaite aussi à ce vignoble magique et à la région qui l’abrite en son sein d’en vivre des centaines d’autres. De grandes choses ont eu lieu ici par le passé, de nouvelles sont en train de s’y dérouler en ce moment même et je suis convaincu que d’autres bien plus grandes encore nous attendent dans le futur.

QDN_vineyard_a

QDN_vineyard_b