Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – Philippe Rémond

Un marathon réussi pour Pichon Baron

Bookmark and Share

Samedi dernier a eu lieu le 32e Marathon du Médoc. Comme chaque année, nous avons mis en place une solide équipe Pichon Baron, chacun avec une expérience et des capacités sportives très différentes, mais tous animés par le même enthousiasme pour l’événement.

Nous avons été très heureux que l’un des membres de l’équipe Pichon Baron, Freddy Guimard, ait remporté la course en 2h25, un temps excellent.

Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – Freddy GuimardC’était la première fois que Freddy courait avec nous et qu’il finissait premier d’un marathon. Il est le champion de France du dix kilomètres, clairement un athlète superbe et déterminé, mais il s’est aussi magnifiquement intégré à l’ambiance d’ici, dégustant avec joie les vins de Pichon Baron, Suduiraut et Quinta do Noval la veille au dîner.

J’aimerais dire que ces vins ont eu un effet boostant sur les performances du lendemain, mais si tel était le cas, il serait difficile d’expliquer pourquoi mon temps réalisé au semi-marathon fut un peu plus long que celui de son marathon entier et victorieux.

Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – Freddy Guimard
Freddy en train de courir devant le château, portant une couronne et son T-shirt Pichon Baron
Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – Freddy Guimard
Freddy après la course avec les magnums Pichon Baron de la victoire

Freddy était avec nous car notre ami de longue date, Philippe Rémond, plusieurs fois vainqueur du Marathon du Médoc, membre de l’équipe Pichon Baron depuis des années et qui manage aujourd’hui l’équipe de France de course, l’a amené à Pichon avec un groupe d’amis qui courent régulièrement dans notre équipe. C’est pour nous tous à Pichon un honneur ainsi qu’un grand plaisir d’accueillir régulièrement Philippe au château et de le compter parmi les amoureux de Pichon Baron.

Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – Philippe Rémond
Philippe Rémond avec l’équipe Pichon Baron avant la course. Mon fil Charles (dans mes bras) a apprécié l’ambiance mais a décidé de ne pas courir cette année

Yves Bruneau, le boucher de Bages, faisait également partie de notre équipe.

Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – Patricia Doré, Yves Bruneau
Patricia Doré encourageant Yves

Sur cette photo, on le voit en train de passer devant Pichon à un stade précoce de la course, comme vous pouvez le constater par le peu de verres encore servis. Yves est arrivé à la deuxième place dans la catégorie des vétérans, et nous avons été très fiers de le compter dans notre équipe.

Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – Christian SeelyJe suis passé à Pichon quelque temps après. Cette photo donne l’impression totalement trompeuse que je marche, alors que bien sûr, j’ai simplement ralenti afin de ne pas heurter Ruth Santry qui prenait la photo.

Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – Marine Castel, Nicolas SantierNous avons servi à tous les coureurs qui avaient besoin d’un ravitaillement au kilomètre cinq à Pichon, dans des verres à vin bien sûr, Les Griffons de Pichon Baron 2014. Nicolas Santier et Marine Castel faisaient partie des volontaires qui ont pris soin des milliers de coureurs qui ont accepté ce verre.

Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – les bénévoles Pichon Baron avec les musiciensServir le vin correctement à autant de personnes est un vrai défi logistique. Voici la superbe équipe des bénévoles Pichon Baron, à qui vont tous mes remerciements, ici en compagnie des musiciens de notre stand.

C’était, comme toujours, un grand jour, une célébration magnifique de la vie et du vin.

Chateau Pichon Baron – 32ème Marathon du Medoc – Philippe Remond, Christian Seely, Jean-Rene MatignonMe voici ici, clairement soulagé que la partie-course soit terminée et appréciant le déjeuner post-marathon avec Jean-René Matignon et Philippe Rémond.

© Château Pichon Baron – photos : Ruth Santry

Brexit et Bordeaux

Bookmark and Share

De nombreuses personnes m’ont demandé mon avis sur la façon dont le récent vote en faveur du Brexit pourrait affecter la relation traditionnelle et forte qui existe autour du commerce du vin entre Bordeaux et Londres.

J’ai pensé qu’il pourrait être utile d’essayer de mettre ici cette situation dans son contexte. Après un tel bouleversement, il y a inévitablement beaucoup d’incertitudes. Mais en regardant la situation de plus près, on trouve des motifs de réconfort.

A court terme, il y aura inévitablement quelques turbulences, principalement liées à la volatilité du taux de change. Mais pour ma part, je ne pense pas qu’il y ait de perturbations importantes sur le long terme. La Grande-Bretagne et Bordeaux entretiennent des relations commerciales étroites depuis des siècles : le marché britannique a une place à part dans le cœur des producteurs bordelais – de même que Bordeaux a une place à part dans le cœur des consommateurs de vin britanniques. Ce lien particulier, qui existait déjà de nombreux siècles avant l’Union Européenne, va perdurer. En tant qu’Anglais basé à Bordeaux et producteur de plusieurs vins bordelais, mais également en tant qu’Anglais tombé complètement amoureux de cette ville et de ses vins depuis longtemps, je me sens bien placé pour affirmer cela d’un côté comme de l’autre.

Ce sentiment a été renforcé suite à de nombreuses conversations que j’ai pu avoir, autant avec mes collègues producteurs à Bordeaux qu’avec mes compatriotes britanniques amoureux des vins de la région. J’affirme une opinion personnelle, mais je relaie également les conclusions de nombreuses conversations entretenues avec des personnes des deux côtés.

Le fait est que les principaux marchés d’exportation de Bordeaux sont de toute façon généralement extérieurs à l’Union Européenne.

Les chiffres d’exportation de l’ensemble des vins de Bordeaux au cours des 12 derniers mois placent le Royaume-Uni en quatrième position en termes de valeur. Les quatre autres destinations de ce top 5 (Hong Kong, États-Unis, Chine et Japon) se trouvent toutes en dehors de l’Union Européenne. Cela n’a pas empêché Bordeaux d’exporter vers ces pays.

Si nous examinons de plus près les six principaux marchés d’exportation des vins premium de Bordeaux (supérieurs à 15 € la bouteille, départ cave), il est également intéressant de noter que cinq d’entre eux ne sont pas dans l’UE et qu’encore une fois, le Royaume-Uni, en quatrième position, est le seul membre de l’Union Européenne (par ordre de valeur en euros : Hong Kong, États-Unis, Chine, Royaume-Uni, Suisse et Japon).

Il existe peut-être un risque politique à moyen terme lié à d’éventuels tarifs imposés sur les importations et exportations en provenance et à destination du Royaume-Uni. Non seulement ce serait triste, mais cela ne bénéficierait qu’aux producteurs du Nouveau Monde qui saisiraient cette opportunité d’augmenter leurs parts de marché au Royaume-Uni. Je pense et j’espère que des politiciens européens prévoyants et rationnels feront tout pour éviter une telle  issue qui serait manifestement négative pour Bordeaux et, de fait, pour tous les producteurs de vins européens.

L’une des choses que j’aime de Bordeaux, c’est qu’il s’agit d’une ville tournée vers l’extérieur, qui échange avec le monde entier. Elle a relevé il y a bien longtemps le défi de parcourir les quatre coins du monde pour promouvoir et vendre les vins de son vignoble. Le marché pour les grands vins de Bordeaux est un marché mondial : la Grande-Bretagne est un marché indispensable pour nos vins, traditionnel et moderne à la fois, avec une histoire grandiose, un présent dynamique et un avenir sans nul doute glorieux comme l’un des principaux marchés où les grands vins de Bordeaux sont appréciés. Il est important que les amateurs de vin du Royaume-Uni sachent qu’ils sont eux aussi très appréciés des vignerons bordelais : il y a des siècles que nos vins sont bus en Grande-Bretagne, et ils le seront encore pendant des centaines d’années. Malgré les difficultés à court terme, nous possédons un grand passé et un grand avenir ensemble.

Pichon-Longueville_vendanges2Château Pichon Baron

51_suduiraut_vinexia_28102012_DSC1403_2Château Suduiraut

Ch Petit-Village_vue_aerienne_c_2Château Petit-Village

Disznoko_DryFurmint_2015_outsidde

Nouvel habillage pour le Furmint sec de Disznókő

Bookmark and Share

Nous venons de mettre sur le marché le millésime 2015 du Furmint sec de Disznókő dans une toute nouvelle présentation.

Disznoko_Dry Furmint_2015_bouteille_verre_light_h800_300dpi

Comme vous pouvez le voir, sa forme reprend celle de la bouteille traditionnelle des vins Aszú de Tokaj, plus petite. L’idée de cette nouvelle bouteille est de renforcer l’association de notre Furmint sec au grand terroir de Tokaj dont il est issu, et en l’occurrence, dans notre cas, au vignoble de Disznókő lui-même. L’étiquette a elle aussi été entièrement retravaillée, et c’est la première fois que nous utilisons un bouchon en verre comme alternative à la capsule à vis, dans un souci d’esthétisme. J’aime beaucoup cette nouvelle présentation, dont la qualité et le style sont en harmonie avec le vin.

Ces dernières années ont connu un développement significatif des vins blancs secs de Tokaj. Aujourd’hui, il en existe d’excellents issus de cette région, dans des styles variés. Notre vin est vinifié en cuves inox et n’est à aucun moment en contact avec le bois, le but recherché étant de préserver la fraîcheur et la minéralité qui caractérisent le cépage furmint. Il accompagne merveilleusement les fruits de mer, et c’est un vin capable d’étonner vos convives lors d’une dégustation à l’aveugle.

Nos efforts à Disznókő sont bien sûr concentrés sur l’élaboration de grands vins liquoreux Aszú. Mais nous sommes très fiers de notre Furmint sec et je vous invite donc à le découvrir.

IMG_0553_recadree

Pichon Baron : une dégustation importante à Barcelone

Bookmark and Share

En juin 2015, une importante dégustation a eu lieu à Barcelone, à la Cave Vila Viniteca. Joaquim Vilà, propriétaire de la cave, et son équipe étaient présents, ainsi que quatre des dégustateurs-clés de La Revue du vin de France. Les résultats viennent d’être publiés dans le numéro 600 du magazine (avril 2016)*. Joaquim Vilà, a rassemblé les vins (tous achetés sur la Place de Bordeaux) des premiers crus de Bordeaux et de sept autres propriétés, seconds crus pour la plupart, qu’ils ont estimé être leurs principaux challengers.

La dégustation a porté sur les millésimes 1989, 1996, 2001 et 2010, des châteaux suivants : Ducru-Beaucaillou, Haut-Brion, Lafite Rothschild, Latour, Léoville Las Cases, Margaux, La Mission Haut-Brion, Montrose, Mouton Rothschild, Palmer, Pichon Baron, Pichon Comtesse de Lalande.

Les vins ont été dégustés à l’aveugle par le jury. Je cite ici le résumé des résultats de Roberto Petronio, pour La Revue du vin de France : « L’outsider le plus sérieux des premiers crus classés est incontestablement Pichon Baron. Il faut dire que depuis son rachat par AXA Millésimes en 1987, le cru a été métamorphosé et son terroir s’exprime à plein dans un style qui fait l’unanimité. » […]
« Pichon Baron, sa noblesse le hisse au plus haut niveau » […]
« Voici le plus sérieux challenger des premiers crus. Le trouver à cette place n’est qu’une demi-surprise tant nous avons pu mesurer la qualité extraordinaire des vins produits ici depuis plus de deux décennies. »

Un classement a été établi à partir de la moyenne des scores de dégustation de tous les millésimes. Dans ce classement, Pichon Baron a terminé à la quatrième place, derrière trois des premiers crus et devant deux autres, ainsi que devant tous les autres challengers. En fait, Château Pichon Baron 2010 a même terminé devant tous les autres 2010.

Chateau-Pichon-Baron_2010_a_plat_l

Voir ce millésime placé devant tous les premiers crus et devant tous leurs prestigieux challengers a été une satisfaction particulière. Ce millésime est en effet très important pour nous à Pichon, car nous le considérons comme une expression particulièrement pure du style Pichon Baron, résultat de plusieurs années de recherche sur ce que peuvent offrir nos meilleurs terroirs.

C’est bien évidemment encourageant pour nous. Comme l’a démontrée cette dégustation, Pichon produit à nouveau de grands vins depuis l’acquisition de la propriété par AXA Millésimes en 1987. Cependant, le succès du millésime 2010 est particulièrement frappant, car c’est la confirmation du potentiel de ce magnifique terroir, situé au cœur de notre propriété.

Pichon_Baron_terroir

Depuis 2000, nous avons mené une stratégie de sélection extrêmement stricte à Pichon Baron, en réduisant de moitié la quantité moyenne de Grand Vin produite, avec l’objectif d’obtenir le meilleur vin possible. Notre stratégie est fondée sur le fait qu’au cœur du vignoble de Pichon s’étend un superbe plateau de graves profondes, qui surplombe les vignes de Latour de l’autre côté de la route à Pauillac, et celles de Léoville Las Cases juste en face à Saint Julien. Ce secteur au sol ondulant d’épaisses strates de graves a le droit d’être considéré comme le meilleur terroir au monde pour le cépage cabernet‑sauvignon.

_Y8W057219_pichonlongueville_vinexia_VX39743

En réduisant la quantité produite de Grand Vin et en concentrant notre assemblage sur les vins issus de cette magnifique parcelle de terre, nous avons réussi à produire un vin d’une qualité égale aux meilleurs vins du monde. Nous avons toujours su qu’il s’agissait d’un projet sur le long terme et que ce changement qualitatif prendrait des années à être pleinement reconnu. Ces dernières années, les gens ont commencé à remarquer le travail accompli et une dégustation comme celle-ci est une consécration encourageante de nos efforts.

Une hirondelle ne fait pas le printemps, et une dégustation réussie ne prouve rien de façon décisive. Cependant, je crois et j’espère qu’à l’avenir il y en aura d’autres avec d’aussi bons résultats. Ce qu’il y a de merveilleux dans la gestion d’un grand domaine comme celui de Pichon Baron, c’est que l’histoire n’est jamais finie : lorsque nous terminons les vendanges d’un millésime, nous commençons à préparer le suivant. Nous pouvons prendre du plaisir dans le jugement de notre vin par les gens qui apprécient les nuances de qualité au plus haut niveau, mais nous savons bien que l’année d’après apportera de nouveaux défis et de nouvelles opportunités pour aller encore plus loin. Nous avons une idée claire de ce que nous nous efforçons de faire dans ce grand domaine et nous allons continuer dans cette voie, encouragés sur le chemin par la reconnaissance telle que celle de cette remarquable dégustation de Barcelone.

65_pichonlongueville_vinexia_VX30054

* Pour plus d’informations sur cette dégustation : http://www.wine-searcher.com/m/2016/03/tasting-ranks-chateau-margaux-first-among-equals

Credits images : @Château Pichon Baron, deepix, P.A.T, Vinexia

ChateauPichonBaron_2015_1286_689

Dégustation de Château Pichon Baron 2015 avec Jean-René Matignon (VIDEO)

Bookmark and Share

J’ai trouvé que Pichon Baron était vraiment fidèle à lui-même en 2015 : grand, puissant  et profond, un merveilleux Pichon dans un style classique. Il me fait penser à une synthèse des millésimes 2005 et 2009 : la fraîcheur, la profondeur et la structure tannique du 2005 alliées à la maturité séduisante du 2009.

Voici Jean-René Matignon et ses impressions sur le vin et le millésime.

Si la video ne s’affiche pas correctement, visualisez la version en ligne ici

PB15_ChS_JRM_1223_688