Visite à Disznókő à l’occasion de l’assemblage du millésime 2007 des vins Aszú

Bookmark and Share

Comme c’est souvent le cas en Hongrie, en cette saison, il faisait très froid et il y avait beaucoup de neige, mais nous avons eu la chance d’avoir un temps très ensoleillé, qui mettait vraiment le vignoble en valeur. Voici une photo de l’équipe de dégustation dans la neige. Je ne pouvais pas laisser passer une aussi belle occasion de prendre une photo, même si, bien sûr, la vraie dégustation et l’assemblage ont eu lieu à l’intérieur !

L'équipe de dégustation de Disznókő

De gauche à droite : Christian Seely, László Mészáros, Directeur Général de Disznókő, Andrea Hanyecz, Directrice Commerciale de Disznókő, Zoltán Kovács, Directeur Technique de Disznókő, Aymeric de Gironde, Directeur Commercial AXA Millésimes, Daniel LLose, Directeur Technique AXA Millésimes.

Il va sans dire qu’un grand vin d’Aszú doit être servi frais, aussi avons-nous tiré le meilleur parti des conditions naturelles. Je recommande vivement cette façon de servir votre verre de Tokaj, et je me suis dit que ce serait le vin parfait pour des vacances aux sports d’hiver, bien meilleur que le traditionnel verre de vin rouge chaud, agrémenté d’une tranche d’orange. 

Je recommande vivement cette façon de servir votre verre de Disznókő Tokaj, un vin parfait pour des vacances aux sports d’hiver

Le grand vignoble historique de Tokaj est l’un des lieux les plus romantiques du monde. On pourrait écrire un roman fascinant sur le passé long et tumultueux de cette région, marquée par la gloire aussi bien que par la tragédie. Reconnu pendant des siècles comme l’un des plus grands vins du monde – le vin favori de Voltaire, de Frédéric le Grand, des Tsars de Russie, de Louis XIV – le Tokaj a beaucoup souffert, au cours du 20ème siècle, en raison des guerres et des évènements politiques. La région a commencé à renaître au début des années 1990, avec l’effondrement du régime communiste. Nous avons fait l’acquisition du vignoble historique de Disznókő en 1992, et nous avons alors entrepris de replanter la plus grande partie du vignoble, construit une cave de vinification, et commencé à recréer, à Disznókő, un grand vin de Tokaj.

Voici une autre photo qui montre de nouveau l’équipe de dégustation, mais où l’on voit clairement la cave de vinification et le vignoble de Disznókő. On remarque aussi, à l’arrière-plan, un bâtiment que nous considérons comme le plus beau hangar à tracteurs du monde.

L'équipe de dégustation de Disznókő avec en arrière-plan la cave de vinification, le vignoble et le hangar à tracteurs

Aucun de ces bâtiments n’existait lorsque nous avons acheté Disznókő. Ce fut pour nous un grand plaisir et une grande chance que de pouvoir participer à la renaissance de l’un des grands vignobles de Tokaj et, ainsi, de contribuer à la renaissance de la région entière. Jean-Michel Cazes, qui était mon prédécesseur chez AXA Millésimes, a été l’un des principaux architectes de ce projet, et lui a donné tout son élan, avec l’aide de Daniel LLose et de l’équipe de Disznókő, à qui l’on doit tout le travail réalisé à Disznókő dans les années 1990. Par rapport au début des années 1990, la région de Tokaj est aujourd’hui transformée. Plusieurs des grands domaines historiques ont retrouvé leur splendeur passée, mais il convient aussi de souligner le fait qu’un grand nombre de jeunes vinificateurs de talent se sont installés dans des propriétés plus petites, et produisent des vins très intéressants, qui sont en passe d’aider Tokaj à redevenir l’une des plus grandes régions vinicoles du monde, et certainement l’un des endroits les plus dynamiques, pour ceux qui y travaillent.

 Nous étions à Disznókő pour l’assemblage du millésime 2007 des vins d’Aszú. C’est une année qui présente quelques ressemblances avec le millésime 2000, avec beaucoup de richesse et de maturité, et relativement peu d’acidité. Les vins de ce millésime sont déjà très séduisants, dans un style totalement opposé, par exemple, à celui de l’année 1999, qui était aussi très riche mais avec une forte acidité et une structure minérale très marquée, et pour lequel il est nécessaire d’attendre le plus longtemps possible. Ne manquez pas le millésime 2007 Disznókő Aszú cinq Puttonyos  lorsqu’il arrivera sur le marché dans un an ou deux ! En 2007, nous avons également produit un remarquable Eszencia.

 Dans une région qui souhaite se réinventer, il arrive fréquemment que les différents acteurs de cette renaissance suivent des voies différentes. Certains pensent que l’avenir est dans le développement des vins secs, en particulier le noble cépage Furmint, certains développent un style de vendange tardive offrant un délicieux compromis entre la richesse des vins d’Aszú et le caractère très sec et minéral du cépage Furmint quand il n’a pas de sucre résiduel. Personnellement, je pense que la grandeur de Tokaj vient surtout de ses vins d’Aszú, en particulier l’Aszú cinq Puttonyos et l’Aszú six Puttonyos, qui sont des vins magiques à la personnalité unique, complexes, riches, fins et équilibrés, capables de vieillir et de se développer pendant un siècle au moins, mais parfaitement délicieux quand ils sont jeunes. A Disznókő, nous produisons un Furmint sec, un vin de vendange tardive et toute une gamme de vins d’Aszú, avec une production très limitée d’Eszencia certaines années, mais je pense que l’on peut dire en toute justice que les vins d’Aszú cinq et six Puttonyos représentent le cœur de notre activité. Si vous n’avez pas encore goûté l’un de ces vins, je vous recommande vivement de le faire : ils font partie des plus grands vins du monde, tout en étant disponibles à un prix que nous estimons toujours ridiculement bas !   

László Mészáros, dégustant un Disznókő Aszú 6 Puttonyos dans le vignoble
László Mészáros, dégustant un Disznókő Aszú 6 Puttonyos dans le vignoble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une réflexion sur “ Visite à Disznókő à l’occasion de l’assemblage du millésime 2007 des vins Aszú ”

  1. la photo des bouteilles de Tokaj dans la neige est absolument superbe.

    On comprend de suite qu’il ne faut pas boire les Grands Aszus « Chambrés » !!
    Tiens, cela me donne envie sur .. sur … une tarte aux POIRES BOURDALOUE..