Début des vendanges au Domaine de L’Arlot

La semaine dernière, j’étais au Domaine de l’Arlot pour le premier jour des vendanges. La veille, j’avais passé la matinée avec Jacques Devauges pour déguster les 2011 et les 2012, ses deux premiers millésimes à la propriété. Les deux étaient très bons. J’ai été particulièrement frappé par la qualité des 2012.

Ce fut une année étrange, compliquée, en particulier en début d’année, quand la pluie causa de sérieux problèmes de coulure pendant la floraison, engendrant de très petits rendements dans l’ensemble. Et avec une pression de mildiou et d’oïdium importante pendant le printemps et l’été, la lutte a été constante pour sauver les raisins et les garder en bonne santé. Mais les vins qui en résultent sont exceptionnels. La théorie de Jacques est que les vignes ont dû travailler dur pour résister aux différentes pressions tout au long de l’année, avec pour résultat une concentration d’énergie dans le raisin que l’on peut observer dans les vins aujourd’hui.

Ces 2012 ont en effet un caractère vif et énergique, ainsi qu’une densité et une pureté remarquables. Il y a beaucoup de tanins dans ce millésime, mais parfaitement enveloppés dans de magnifique et abondantes couches de fruits d’une grande fraîcheur. J’ai beaucoup aimé ces vins. Hélas il y en a peu, mais je pense que ce qu’il y a là devrait être considéré comme un grand millésime, contrairement à ce que l’on aurait pu croire au cours de notre lutte contre les éléments pendant l’année.

Jacques Devauges taking wine from barrel

Jacques Devauges prélevant le vin dans une barrique

Dans l’après-midi, une visite de pré-récolte de la vigne a également révélé un beau potentiel de qualité en 2013, avec des raisins mûrs très sains, pratiquement pas de botrytis jusqu’à présent, à quelques jours seulement de la pleine maturité. C’est dans ces moments-là que l’on se rend compte à quel point notre destin est entre les mains de la nature : il suffit de quelques jours supplémentaires de beau temps comme c’était le cas pendant ma visite, et nous devrions avoir quelque chose de grand en cave.

Les vendanges ont débuté jeudi matin, dans la petite parcelle plantée en blanc, connue sous le nom de « Montre Cul », pour la simple et bonne raison que lorsque vous travaillez là, vous offrez aux passants une belle vue de votre postérieur. Voici une photo de Jacques (à droite) qui en donne une belle illustration, et une autre de l’équipe, heureuse de commencer une vendange si prometteuse dans ces magnifiques conditions.

Jacques Devauges harvesting in Montre Cul

Jacques Devauges vendangeant à Montre Cul

grape pickers in Montre Cul

Vendangeurs à Montre Cul

Bookmark and Share
  1. Une parcelle qui porte bien son nom! L’année 2012 n’a semble t-il pas épargné les récoltes et un mal pour un bien, les productions semblent être au-delà des attentes en termes de qualité!

  1. Aucun trackback pour l'instant