Archives du mot-clé 2010

Les premiers dégustateurs sont arrivés à Bordeaux pour déguster le grand millésime 2010

Bookmark and Share

Les premiers commentaires de Bordeaux sont restés assez discrets jusqu’à présent. Sans doute parce qu’on hésite encore à dire que nous sommes en présence, pour la 2e année consécutive, d’un très grand millésime. C’est pourtant certainement le cas. J’aimerais essayer de donner ma propre impression sur les différences entre ces 2 millésimes, en particulier pour les vins de Château Pichon-Longueville Baron.

Il est déjà arrivé, notamment en 1989 et 1990, que 2 grandes années se succèdent, avec chacune sa personnalité et des avis assez tranchés selon le goût des amateurs. On nous a demandé de comparer 89/90 et 09/10, et je crois que c’est assez légitime de le faire, mais il faut souligner que les méthodes de travail sont assez différentes aujourd’hui. Les grandes propriétés ont des rendements nettement moins importants et réalisent des sélections plus strictes entre le grand vin et le 2e vin. Alors oui, on peut comparer le grand duo qu’a été 89/90 avec les millésimes 09/10, mais je suis convaincu que ces derniers atteignent un niveau de qualité nettement supérieur.

Par chance, ce n’est pas mon travail  d’écrire régulièrement des notes de dégustation sur les vins, nous avons pour cela des journalistes parfaitement qualifiés. Mais, pour autant que cela ait de la valeur, je vous livre ici mon appréciation des vins de 09 et 10 de Pichon, en espérant que les mots puissent esquisser une idée des différences de styles entre ces deux millésimes. Je ne ressens pas le besoin aujourd’hui de dire celui que je préfère, pour la bonne raison que je ne le sais pas encore. Mais je suis persuadé que ce sont deux grandes années pour Bordeaux et je suis très heureux, ainsi que toute l’équipe ici, d’avoir pu y prendre part.

Voici une photo de Jean-René Matignon et moi même, savourant le moment d’une dégustation de ces deux grands millésimes.

Château Pichon-Longueville Baron : Christian Seely (à droite) et Jean-René Matignon (à gauche)

Je transcris le résultat de nos délibérations, avec Daniel LLose, après avoir gouté ensemble ces deux vins, pour tenter de définir leur différence de style :

Château Pichon-Longueville Baron 2009: « Soyeux, velouté, très harmonieux, équilibré et long.  Plein, onctueux, doux, fruité subtil et fin, à la fois puissant, fin et délicat. Voluptueux, racé et élégant ».

Château Pichon-Longueville Baron 2010: « Une structure vive, très fraiche, tonique; des tannins à la fois forts et musclés, fins et équilibrés. Des fruits rouges et noirs sauvages et intenses. Explosif, profond et complexe. Nous avons rarement vu tant de richesse, alliée avec tant de fraîcheur. Equilibre extraordinaire et impressionnant par sa concentration.

J’espère que tout cela donne une idée de ce que nous ressentons en dégustant ces vins. Evidemment je les aime tous les deux, et maintenant nous allons voir ce que le monde va en dire. Ensuite, si tout va bien, nous aurons le plaisir de les déguster et de les comparer encore et encore dans les décennies à venir.

Si vous souhaitez avoir une approche plus complète de ce qui rend le millésime 2010 si particulier, je vous suggère le lien suivant :

http://bordeauxgold.com/wp-content/uploads/2011/03/2010Report.pdf

Il s’agit du Vintage Report de Bill Blatch (en anglais), qui réalise une analyse remarquable de l’année et des vins. Je la trouve brillante et la recommande vivement. Pour ceux qui ne connaissent pas Bill, c’est un négociant bordelais apprécié et respecté pour sa connaissance encyclopédique de Bordeaux et de ses vins pour chaque millésime, due à des notes méticuleusement prises depuis des années. Son analyse du millésime 2010 vous donnera une idée de l’ampleur de ses connaissances et de sa passion pour Bordeaux et ses vins.

Vendanges 2010 – Conditions générales

Bookmark and Share

Maintenant que nous avons eu le temps de déguster et redéguster les vins du remarquable millésime 2010 à Bordeaux, le moment est venu de poster le compte-rendu des vendanges. Les bruits, que vous avez peut-être déjà entendus, sont parfaitement justifiés. 2010 est une année exceptionnelle à Bordeaux. Je vous donne ici un résumé du millésime dans tous nos vignobles, à Bordeaux et ailleurs.

Bordeaux – le tri des grappes à Château Pichon-Longueville  - Pauillac
Bordeaux – le tri des grappes à Château Pichon-Longueville - Pauillac

Dans le bordelais, même si on a connu une fin de printemps et un été relativement secs, les vignes n’ont pas montré de signes significatifs de stress hydrique.

Les vendanges 2010 ont donné naissance à un millésime qui va indéniablement trouver sa place dans le haut du classement des millésimes avec une maturité exceptionnelle. D’un point de vue analytique, les niveaux de maturité battent des records, aussi bien sur les taux de sucres que sur ceux de polyphénols. Dans un style quelque peu différent, 2010 va pouvoir rivaliser sans aucun complexe avec son prédécesseur, le superbe millésime 2009.

2010 sera une grande année pour les blancs secs, les rouges et aussi pour les liquoreux, grâce à l’arrivée parfaite du Botrytis qui nous a permis de récolter une deuxième et troisième tries impressionnantes.

Le sud de la France a aussi connu une période de sécheresse pendant l’été. Nous avons utilisé pour la première fois un arrosage goutte-à-goutte sur une petite moitié du domaine, optimisant ainsi encore la qualité. Ici aussi, 2010 sera beau.

Bourgogne - Les vendanges au Domaine de l’Arlot - Nuits Saint Georges
Bourgogne - Les vendanges au Domaine de l’Arlot - Nuits Saint Georges

La Bourgogne a eu un peu moins de chance avec un hiver rigoureux, des gelées sévères qui ont fait des dégâts dans certains climats entraînant une baisse de volume non négligeable qu’une floraison irrégulière n’a pas améliorée. Un très faible rendement donc, mais une belle maturité pour ces 2010 et des vins charmants en dépit des difficultés climatiques de début d’année.

Tokaj – Disznókő – La vendange grain à grain des baies aszú
Tokaj – Disznókő – La vendange grain à grain des baies aszú

Tokaj n’a pas connu la sécheresse, bien au contraire : 800 mm d’eau sont tombés entre avril et mi-septembre. Année difficile marquée par une forte pression parasitaire, une très faible sortie, une floraison chaotique, avec pour conséquence une des plus petites récoltes de l’histoire de Disznókő. Les grains aszús vendangés permettront tout de même la production d’un millésime dans le style du 2004, aromatique, d’une belle vivacité et d’une structure privilégiant la finesse et l’élégance à la puissance.

Douro - Quinta do Noval – Foulage au pied dans les lagares
Douro - Quinta do Noval – Foulage au pied dans les lagares

Le Douro a connu une récolte d’un volume impressionnant, ce qui n’était pas arrivé depuis 2007. Cette production conséquente présente des vins très purs, élégants, aromatiques et bien structurés, tant pour les portos que pour les vins rouges secs.