Archives du mot-clé Bourgogne

Compte-rendu de Vendanges 2014 : Domaine de l’Arlot (Bourgogne)

Bookmark and Share

Après le film spectaculaire des vendanges à Pichon Baron, j’ai pensé que pour vous donner une idée de la façon dont les vendanges se sont déroulées dans les autres propriétés, le mieux était de demander au directeur de chaque propriété son point de vue sur ce millésime 2014.

J’ai demandé à Jacques Devauges du Domaine de l’Arlot (Bourgogne) ses impressions sur la récolte 2014.

« Pour l’Arlot, les conditions ont été assez favorables : un printemps précoce et ensoleillé (à noter cependant, un épisode de grêle le 28 juin sur Vosne), un été mitigé (de fin juillet à fin août, froid et pluvieux).

Mais le fameux vent du nord du mois de septembre, qui a sauvé bien des récoltes en Bourgogne, était au rendez-vous en 2014 ! Sous un temps très sec, ensoleillé et pas trop chaud, nous avons eu de bonnes conditions pour achever la maturité des raisins. Ce vent du nord a également favorisé une concentration importante, et les grappes gonflées et luisantes que l’on observait fin août, ont pris un bel aspect ramassé et mat.

Les dates des vendanges :
Nous avons procédé cette année en deux temps afin de profiter au maximum des belles conditions de maturation.
Les blancs ont été coupés les 11 et 12 septembre.
Puis, après deux jours de pause, nous avons rentré nos rouges du 15 au 20 septembre, sous un soleil radieux, mis à part un bref épisode pluvieux le 19 septembre.

La récolte :
Belle récolte, nettement supérieure à 2012 et 2013, mais encore légèrement inférieure à une récolte « normale » : notre rendement moyen sur l’ensemble du domaine est cette année de 30hl/ha.
La qualité des raisins blancs était excellente : raisins très sains, jaunes dorés et aromatiques, présentant cependant peu de jus par rapport à la masse de la vendange.
Les Pinots Noirs ont davantage souffert des conditions estivales : ils présentaient quelques foyers de Botrytis, séchés et stabilisés par les excellentes conditions du mois de septembre.
Le niveau de millerandage est moyen et essentiellement présent sur nos vieilles vignes.
Les paramètres analytiques de sucres/acidité étaient bons, avec des degrés naturels de 12.5 à 13.2, en blanc comme en rouge.

Les fermentations :
Les fermentations ont débuté cette année assez rapidement mais se sont déroulées sur un rythme harmonieux et régulier.
Les rouges sont restés en cuve entre 15 et 18 jours.
Au décuvage, et après quelques jours en fûts, les vins présentent déjà des arômes complexes et suaves. En bouche, on note de la chair, une texture moelleuse. Ce sont des vins qui offrent beaucoup de profondeur et de gourmandise. Nous nous dirigeons vers un très beau millésime, mais nous en saurons plus après les fermentations malolactiques, probablement au printemps 2015.
Sur les blancs, les fermentations alcooliques ne sont pas terminées. On peut remarquer dès à présent une très belle fraîcheur, de la netteté et de la droiture. Ils présentent une bouche construite, autour d’une trame assez énergique. Mais plus encore que les rouges, nous devrons être patients et attendre la fin des fermentations.

Pour conclure :
2014 qui a démarré très tôt et s’annonçait précoce, a finalement ralenti son avance en août, pour se terminer sous d’excellentes conditions en septembre. Les vins devraient être d’un très bon niveau.
Les quantités produites, après plusieurs années de faibles récoltes, sont (presque) normales. »

Lire les comptes-rendus de vendanges 2014 des autres propriétés:

Moments de Vendanges à Château Pichon Baron

Compte-rendu de Vendanges 2014 : Château Suduiraut (Sauternes)

Compte-rendu de Vendanges 2014 : Château Petit-Village (Pomerol)

Compte-Rendu de Vendanges 2014 – Quinta do Noval (Douro)

Compte-Rendu de Vendanges 2014 – Disznókő (Tokaj)

Compte-Rendu de Vendanges 2014 – Mas Belles Eaux (Languedoc)

Les Vendanges 2014 dans nos propriétés: Conclusion

Lancement du Nouveau Site Web Domaine de l’Arlot

Bookmark and Share
Domaine de l'Arlot
Domaine de l'Arlot

Nous venons de lancer le nouveau site web du Domaine de l’Arlot: www.arlot.com. Vous pourrez lire et visualiser beaucoup plus de choses sur le Domaine de l’Arlot grâce à ce site internet que tout ce que je pourrais écrire ici, mais m’occupant de vignes dans plusieurs endroits très différents, je peux dire que je trouve le Domaine de l’Arlot très spécial.

Bien qu’AXA Millésimes soit sans doute plus facilement associé à des propriétés importantes telles que Château Pichon-Longueville Baron, Château Suduiraut ou Quinta do Noval, Domaine de l’Arlot n’en est pas moins au cœur de ce que nous faisons, illustrant parfaitement notre approche de la viticulture et de la vinification. J’ai récemment été interviewé par Jane Anson dans le South China Morning Post pour un article très intéressant où elle écrit à propos de Bordeaux et de la Bourgogne. et dans lequel elle a interviewé plusieurs personnes qui travaillent dans les deux régions. Je vous recommande de le lire pour voir ses conclusions sur les différences entre Bordeaux et la Bourgogne.

Je ne me considère ni Bourguignon, ni Bordelais, ni Portugais pour la seule et simple raison que je suis né ailleurs et peu importe à quel point j’aime travailler dans ces trois lieux. Bien qu’il y ait bien sûr des différences énormes, je suis en fait comme un outsider travaillant de l’intérieur, plus frappé par les thèmes récurrents et les ressemblances que par l’idée que ces grandes régions viticoles et les méthodes de vinification liées à leurs plus grands vins soient en quelque sorte opposées les unes aux autres.

Que ce soit dans la Vallée du Douro, à Pauillac ou à Sauternes, l’importance vitale du lieu d’où vient le vin est quelque chose que l’on comprend comme une révélation progressive au fil du temps. Naturellement, il y a des points de comparaison avec ses voisins qui peuvent faire des vins très différents à partir de vignes qui sont parfois seulement à quelques mètres. Mais on peut aussi observer que dans ces grands vignobles, certaines parcelles produisent des vins de caractéristiques bien identifiables qui peuvent être constamment reconnus dans la salle de dégustation, avec bien sûr des variations suivant le millésime.

L’importance du lieu pour déterminer la nature d’un grand vin est sans doute la principale leçon que je tire de mon expérience de ces vingt dernières années. Bien sûr, le vin ne se fait pas tout seul et le dévouement de nombreuses personnes d’expérience qui travaillent dur est nécessaire pour permettre à cette parcelle de terre de s’exprimer dans un verre de vin. Mais je crois que sans le terroir, tous ces efforts seraient vains.

Et bien sûr, la Bourgogne est le paradis sur terre pour tous ceux qui sont passionnés par cette notion de terroir. Je pense qu’il n’existe nulle part ailleurs sur terre une telle diversité extraordinaire de terroir, exprimée de manière fascinante et individuelle dans les vins de tant de grands producteurs. Au sein de notre propriété, vous avez l’exemple frappant de nos deux Clos Monopoles: Clos de l’Arlot et Clos des Forêts Saint Georges. Tous deux font partie de la même propriété, sur la même colline, séparés par une centaine de mètres, plantés en Pinot Noir, cultivés et vinifiés par les mêmes personnes. Ces deux vins ont des personnalités radicalement différentes, qui sont observables année après année dans leur jeunesse et qui persistent après un vieillissement en bouteille. Si vous voulez une illustration parfaite de ce qu’est le terroir, achetez une bouteille du Clos de l’Arlot et du Clos des Forêts Saint Georges de la même année et goûtez-les en appréciant leurs différences. Ou encore mieux: achetez une caisse de chaque, si vous pouvez en trouver, et répétez souvent cette expérience au cours des prochaines années !

Clos de l'Arlot
Clos de l'Arlot
Clos des Forêts Saint Georges
Clos des Forêts Saint Georges

Vendanges 2010 – Conditions générales

Bookmark and Share

Maintenant que nous avons eu le temps de déguster et redéguster les vins du remarquable millésime 2010 à Bordeaux, le moment est venu de poster le compte-rendu des vendanges. Les bruits, que vous avez peut-être déjà entendus, sont parfaitement justifiés. 2010 est une année exceptionnelle à Bordeaux. Je vous donne ici un résumé du millésime dans tous nos vignobles, à Bordeaux et ailleurs.

Bordeaux – le tri des grappes à Château Pichon-Longueville  - Pauillac
Bordeaux – le tri des grappes à Château Pichon-Longueville - Pauillac

Dans le bordelais, même si on a connu une fin de printemps et un été relativement secs, les vignes n’ont pas montré de signes significatifs de stress hydrique.

Les vendanges 2010 ont donné naissance à un millésime qui va indéniablement trouver sa place dans le haut du classement des millésimes avec une maturité exceptionnelle. D’un point de vue analytique, les niveaux de maturité battent des records, aussi bien sur les taux de sucres que sur ceux de polyphénols. Dans un style quelque peu différent, 2010 va pouvoir rivaliser sans aucun complexe avec son prédécesseur, le superbe millésime 2009.

2010 sera une grande année pour les blancs secs, les rouges et aussi pour les liquoreux, grâce à l’arrivée parfaite du Botrytis qui nous a permis de récolter une deuxième et troisième tries impressionnantes.

Le sud de la France a aussi connu une période de sécheresse pendant l’été. Nous avons utilisé pour la première fois un arrosage goutte-à-goutte sur une petite moitié du domaine, optimisant ainsi encore la qualité. Ici aussi, 2010 sera beau.

Bourgogne - Les vendanges au Domaine de l’Arlot - Nuits Saint Georges
Bourgogne - Les vendanges au Domaine de l’Arlot - Nuits Saint Georges

La Bourgogne a eu un peu moins de chance avec un hiver rigoureux, des gelées sévères qui ont fait des dégâts dans certains climats entraînant une baisse de volume non négligeable qu’une floraison irrégulière n’a pas améliorée. Un très faible rendement donc, mais une belle maturité pour ces 2010 et des vins charmants en dépit des difficultés climatiques de début d’année.

Tokaj – Disznókő – La vendange grain à grain des baies aszú
Tokaj – Disznókő – La vendange grain à grain des baies aszú

Tokaj n’a pas connu la sécheresse, bien au contraire : 800 mm d’eau sont tombés entre avril et mi-septembre. Année difficile marquée par une forte pression parasitaire, une très faible sortie, une floraison chaotique, avec pour conséquence une des plus petites récoltes de l’histoire de Disznókő. Les grains aszús vendangés permettront tout de même la production d’un millésime dans le style du 2004, aromatique, d’une belle vivacité et d’une structure privilégiant la finesse et l’élégance à la puissance.

Douro - Quinta do Noval – Foulage au pied dans les lagares
Douro - Quinta do Noval – Foulage au pied dans les lagares

Le Douro a connu une récolte d’un volume impressionnant, ce qui n’était pas arrivé depuis 2007. Cette production conséquente présente des vins très purs, élégants, aromatiques et bien structurés, tant pour les portos que pour les vins rouges secs.