Archives du mot-clé Douro

Une soirée Vinexpo un peu différente

Bookmark and Share

C’était la semaine de Vinexpo ici à Bordeaux la semaine dernière. Un grand nombre de producteurs et de distributeurs de vin du monde entier, ainsi que des journalistes spécialisés vin et cette année aussi, pas mal de sommeliers de très haut niveau sont descendus à Bordeaux entre dimanche et jeudi.

J’aime beaucoup cette semaine, même si les jours peuvent être un peu longs avec des dîners tous les soirs.

Nous avons décidé d’organiser notre propre dîner à Château Pichon-Longueville Baron cette année, mais avec une différence. Souvent dans le passé nous avons organisé un évènement AXA Millésimes, soit à Château Pichon-Longueville Baron, Château Suduiraut ou à Château Petit-Village. Cette année nous avons décidé que ce serait amusant de rompre avec la tradition en invitant les principaux producteurs des nouveaux vins rouges du Douro au Château Pichon-Longueville Baron pour montrer leurs vins, suivi par un diner portugais.

Soirée Douro à Château Pichon-Longueville - Vinexpo 2011

Bien que Château Pichon-Longueville Baron soit l’hôte principal, et ait en effet organisé l’évènement, chaque producteur du Douro a contribué, et a aussi invité ses propres clients, amis, journalistes. Nous recevions donc ainsi tous ensemble les invités au château. C’était un évènement extrêmement convivial, avec une des dégustations de vins les plus passionnantes à laquelle j’ai eu le plaisir d’assister. Les 24 producteurs du Douro ont montré 3 vins, presque tous du millésime 2008, dans le chai circulaire de Château Pichon-Longueville Baron. Quinta do Noval était bien sûr présent, ainsi que Quinta da Romaneira.

Voici la liste complète des producteurs :
Churchill’s, Quinta de Cottas, Quinta do Crasto, Duorum, Durham-Agrellos, François Lurton, Quinta da Gaivosa, Lavradores de Feitoria, Muxagat, Niepoort, Quinta do Noval, Pocas, Poeira, Quinta do Portal, Prats & Symington / Symington Family Estates, Real Companhia Velha, Quinta da Romaneira, Roquette & Cazes, Quinta de la Rosa, Sogrape Vinhos, Quinta do Vale Dona Maria, Quinta do Vale Meão, Quinta do Vallado, Wine & Soul.

Dégustation des vins rouges du Douro - cuvier du Château Pichon-Longueville - Vinexpo 2011

La qualité générale des vins a été exceptionnelle et je crois une révélation pour beaucoup des dégustateurs présents. Officiellement la dégustation durait deux heures, de 19h à 21h. Mais à 21h, tout le monde était toujours en train de déguster avec enthousiasme. C’est assez rare dans ce genre d’évènement d’être obligé d’arracher les invités de la dégustation pour les amener à la table du dîner, mais personne ne voulait partir.

L'apéritif de la soirée Douro dans le parc de Château Pichon-Longueville - Vinexpo 2011

L'apéritif de la soirée Douro dans le parc du Château Pichon-Longueville - Vinexpo 2011

Nous avons ensuite dégusté quelques grands vins blancs et rosés du Douro à l’apéritif, accompagnés de divers hors d’œuvres portugais : la morue dans tous ses états, des amandes grillées au wok et une déclinaison de charcuteries portugaises. Puis nous nous sommes assis ensemble pour un diner portugais préparé par M. Capdevielle. Les producteurs avaient  alors l’opportunité de faire goûter des vins rouges de millésimes plus anciens de leurs Quintas. Le diner s’est terminé avec une Colheita Quinta do Noval 1997 et de nombreux autres portos Tawny et Vintage des producteurs présents. C’était une soirée unique, et pour moi une opportunité très agréable de passer du temps avec tant d’amis portugais, dans le cadre magnifique de Château Pichon-Longueville Baron. Tout le monde semble avoir passé un très bon moment. Vous pouvez cliquer sur le blog d’Evelyne Resnick pour une évaluation externe de la soirée par l’une de nos invités : http://www.winebrandsblog.com/2011/06/when-bordeaux-welcomes-portugal-wines/

Le dîner portugais

Les noms des producteurs de vin du Douro projeté sur la façade de Château Pichon-Longueville

Vendanges 2010 – Conditions générales

Bookmark and Share

Maintenant que nous avons eu le temps de déguster et redéguster les vins du remarquable millésime 2010 à Bordeaux, le moment est venu de poster le compte-rendu des vendanges. Les bruits, que vous avez peut-être déjà entendus, sont parfaitement justifiés. 2010 est une année exceptionnelle à Bordeaux. Je vous donne ici un résumé du millésime dans tous nos vignobles, à Bordeaux et ailleurs.

Bordeaux – le tri des grappes à Château Pichon-Longueville  - Pauillac
Bordeaux – le tri des grappes à Château Pichon-Longueville - Pauillac

Dans le bordelais, même si on a connu une fin de printemps et un été relativement secs, les vignes n’ont pas montré de signes significatifs de stress hydrique.

Les vendanges 2010 ont donné naissance à un millésime qui va indéniablement trouver sa place dans le haut du classement des millésimes avec une maturité exceptionnelle. D’un point de vue analytique, les niveaux de maturité battent des records, aussi bien sur les taux de sucres que sur ceux de polyphénols. Dans un style quelque peu différent, 2010 va pouvoir rivaliser sans aucun complexe avec son prédécesseur, le superbe millésime 2009.

2010 sera une grande année pour les blancs secs, les rouges et aussi pour les liquoreux, grâce à l’arrivée parfaite du Botrytis qui nous a permis de récolter une deuxième et troisième tries impressionnantes.

Le sud de la France a aussi connu une période de sécheresse pendant l’été. Nous avons utilisé pour la première fois un arrosage goutte-à-goutte sur une petite moitié du domaine, optimisant ainsi encore la qualité. Ici aussi, 2010 sera beau.

Bourgogne - Les vendanges au Domaine de l’Arlot - Nuits Saint Georges
Bourgogne - Les vendanges au Domaine de l’Arlot - Nuits Saint Georges

La Bourgogne a eu un peu moins de chance avec un hiver rigoureux, des gelées sévères qui ont fait des dégâts dans certains climats entraînant une baisse de volume non négligeable qu’une floraison irrégulière n’a pas améliorée. Un très faible rendement donc, mais une belle maturité pour ces 2010 et des vins charmants en dépit des difficultés climatiques de début d’année.

Tokaj – Disznókő – La vendange grain à grain des baies aszú
Tokaj – Disznókő – La vendange grain à grain des baies aszú

Tokaj n’a pas connu la sécheresse, bien au contraire : 800 mm d’eau sont tombés entre avril et mi-septembre. Année difficile marquée par une forte pression parasitaire, une très faible sortie, une floraison chaotique, avec pour conséquence une des plus petites récoltes de l’histoire de Disznókő. Les grains aszús vendangés permettront tout de même la production d’un millésime dans le style du 2004, aromatique, d’une belle vivacité et d’une structure privilégiant la finesse et l’élégance à la puissance.

Douro - Quinta do Noval – Foulage au pied dans les lagares
Douro - Quinta do Noval – Foulage au pied dans les lagares

Le Douro a connu une récolte d’un volume impressionnant, ce qui n’était pas arrivé depuis 2007. Cette production conséquente présente des vins très purs, élégants, aromatiques et bien structurés, tant pour les portos que pour les vins rouges secs.

Dans la vallée du Douro, les vendanges ont débuté

Bookmark and Share

Dans la vallée du Douro, les vendanges ont débuté la semaine dernière pour Quinta do Noval et Quinta da Romaneira. A ce stade précoce, les choses semblent très bien se présenter. Nous avons eu un printemps exceptionnellement pluvieux, presque deux fois la moyenne annuelle habituelle. Sur le moment, la pluie a entraîné quelques problèmes, puisque de gros travaux ont été nécessaires sur les murs de soutènement des terrasses qui se sont effondrées au cours de cette période, mais elle a eu également un effet positif puisqu’elle a reconstitué les réserves d’eau dans le sol. En effet, même après un été chaud et ensoleillé, les vignes sont en excellent état et rien n’indique qu’elles aient souffert de la chaleur. J’étais dans la vallée du Douro pendant les dix derniers jours du mois d’août. Autant les journées étaient chaudes et ensoleillées, autant les nuits étaient fraîches, ce qui est toujours une bonne chose pour le raisin. Avant que les vendanges ne commencent, nous avons passé plusieurs jours à visiter le vignoble.

On voit ici António Agrellos et Jose Eduardo Costa de Noval qui visitent une plantation de Syrah à Quinta do Noval.
On voit ici António Agrellos et Jose Eduardo Costa de Noval qui visitent une plantation de Syrah à Quinta do Noval.
Nous avons eu le plaisir de la compagnie du célèbre critique portugais de vin Jose Salvador, que l’on voit ici sur une parcelle de Quinta do Noval avec António. Au loin, à l’arrière plan, on peut voir une partie du vignoble de Romaneira, avec les deux bâtiments de Quinta da Romaneira, abritant l’hôtel Quinta dos Sonhos, qui appartient au réseau des Relais et Châteaux.
Nous avons eu le plaisir de la compagnie du célèbre critique portugais de vin Jose Salvador, que l’on voit ici sur une parcelle de Quinta do Noval avec António. Au loin, à l’arrière plan, on peut voir une partie du vignoble de Romaneira, avec les deux bâtiments de Quinta da Romaneira, abritant l’hôtel Quinta dos Sonhos, qui appartient au réseau des Relais et Châteaux.
Voici les premiers raisins du millésime 2010 pour Quinta do Noval. En l’occurrence, il s’agit de Viosinho.
Voici les premiers raisins du millésime 2010 pour Quinta do Noval. En l’occurrence, il s’agit de Viosinho.

Les premiers raisins vendangés à Quinta do Noval étaient en fait des raisins blancs. Il y a cinq ans, nous avons planté du Viosinho et du Gouveio sur de petites parcelles situées en haut de la Quinta et les deux donnent de très bons résultats cette année. Nous avons vendangé le Viosinho samedi dernier, le 28 août. C’est la première fois que nous produisons un vin blanc (non fortifié) avec 100% de Viosinho, et samedi soir, le moût du raisin avait un goût délicieux. Gardez un œil sur ce site. L’année prochaine vous aurez des nouvelles d’un nouveau vin blanc de Noval.

Voici les premiers raisins de Romaneira pour le millésime 2010 (Tinta Roriz)
Voici les premiers raisins de Romaneira pour le millésime 2010 (Tinta Roriz)

Les premiers raisins vendangés à Romaneira étaient rouges : du Tinta Roriz et du Touriga Francesa, à partir desquels est produit le Romaneira Rosé. La semaine dernière, nous nous sommes rendus dans les vignes pour choisir les raisins destinés à l’élaboration de ce rosé de grande qualité, produit en petite quantité, qui est l’une des créations les plus originales de la gamme Romaneira.

On voit ici Adelino Teixeira, l’agronome attitré de Romaneira, visiblement satisfait de la qualité de ses raisins.
On voit ici Adelino Teixeira, l’agronome attitré de Romaneira, visiblement satisfait de la qualité de ses raisins.
Et voici mon épouse Corinne, qui vinifie notre rosé, et qui semble également ravie de la qualité du raisin qu’elle est en train de goûter. Ils étaient tous les deux en train de discuter au milieu des vignes lorsque j’ai pris ce cliché.
Et voici mon épouse Corinne, qui vinifie notre rosé, et qui semble également ravie de la qualité du raisin qu’elle est en train de goûter. Ils étaient tous les deux en train de discuter au milieu des vignes lorsque j’ai pris ce cliché.

Bien entendu, ces premières cueillettes sont destinées à des vins non fortifiés et il reste encore plusieurs semaines avant le début des vendanges pour le porto. De nombreux autres cépages portugais tels que le Touriga Nacional à partir duquel nous produisons aussi des vins non fortifiés, ont également besoin d’un peu de temps. Mais le potentiel pour une grande année dans la vallée du Douro est bien là. J’y retournerai avant la fin des vendanges et vous donnerai des nouvelles fraîches à ce moment-là.

Visite de Romaneira

Bookmark and Share

Il y a quelques jours, j’étais dans le Douro avec António Agrellos. Il vient de s’acheter un camescope et nous avons décidé de filmer une visite virtuelle du vignoble et des installations techniques de Romaneira. António est derrière la caméra, je commente l’image. Nous avons probablement besoin de faire quelques progrès dans le montage video, mais je mets ici en ligne le résultat en trois parties car cela vous donne une vision globale du projet de rénovation du vignoble de Romaneira.

Cliquez sur les vidéos ci-dessous pour le découvrir.

Ne soyez pas surpris, les vidéos sont ici en v.o. anglaise en attendant de maitriser tout à fait le changement de langue du commentaire. 

Quelle est votre plus grande exigence pour une bouteille de vin que vous buvez juste pour le plaisir ?

Bookmark and Share

Steve Tanzer a mis récemment en ligne une rubrique questions/réponses régulièrement actualisée sur son site Internet Winophilia, dans laquelle il demande à une sélection de vinificateurs du monde entier de répondre aux questions qu’il y pose. Voici ma réponse à sa première question. Vous pourrez lire l’intégralité de l’article avec les réponses des autres vinificateurs en cliquant ici : http://www.winophilia.com/2010/03/25/requirement-1-for-drinking-pleasure-part-1/ Ca vaut le coup d’oeil. Il y a vraiment des réponses intéressantes.

Steve Tanzer : Quelle est votre plus grande exigence pour une bouteille de vin que vous buvez juste pour le plaisir ?

Christian Seely, Quinta do Noval et Château Pichon Baron (Portugal et France). Tout d’abord, je n’ai jamais bu de vin pour aucune autre raison ! Si je devais vous répondre en un mot, ma réponse serait « harmonie ». Pour être un peu plus explicite, je dirais que je recherche la fraîcheur, l’équilibre, l’harmonie et le plaisir de la consommation. Le plaisir de la consommation peut sembler être une exigence étrange, mais il existe des vins dont la dégustation est impressionnante mais n’encourage pas à boire plus d’un verre.

Pour aller plus loin, et peut-être se rapprocher d’une réponse claire à votre question, j’apprécie les vins qui me font rêver lorsque j’en ai un verre en face de moi, des vins qui me font penser à leur lieu d’origine : un Douro rouge avec un bouquet d’arômes qui me rappelle la beauté sauvage du Douro, par exemple, ou un grand Sauternes capable de me transporter dans les vignes de Suduiraut au moment des vendanges.

Il doit être bon, il doit être authentique. Je dois sentir qu’il ne me fait pas perdre mon temps. Ceci peut se produire à n’importe quel niveau. Cela n’a rien à voir avec le prestige ni le prix. Une fois que c’est décidé, je suis prêt à m’asseoir et à lui accorder tout le temps dont il a besoin.

www.winophilia.com – Stephen Tanzer’s Winophilia

Hier, étaient publiées les réponses à la question suivante : « Quel vin à prix modéré avez-vous récemment apprécié avec votre famille ? Et pourquoi ? ». Je vous invite à lire ma réponse sur http://www.winophilia.com/2010/04/20/winemakers-favorite-moderately-priced-wines/