Archives du mot-clé Pauillac

Château Pichon-Longueville Baron 2003, le vin de l’année 2010 de James Suckling

Bookmark and Share

Très heureux que James Suckling ait choisi Château Pichon-Longueville Baron 2003 comme son vin de l’année pour 2010. J’aime beaucoup ce vin, qui malgré son côté mûr et extravagant, reste toujours reconnaissable comme un Pichon Baron, avec tout l’équilibre, la fraîcheur et la structure qu’on attend de lui. Je trouve que le terroir s’affirme de plus en plus avec son évolution en bouteille, et même s’il est délicieux à boire en ce moment, le vin commence à révéler sa grande capacité de garde. Pour en savoir, cliquez ici pour voir l’article de James sur Château Pichon-Longueville Baron 2003.

Château Pichon-Longueville Baron 2003

Vendanges 2010 – Conditions générales

Bookmark and Share

Maintenant que nous avons eu le temps de déguster et redéguster les vins du remarquable millésime 2010 à Bordeaux, le moment est venu de poster le compte-rendu des vendanges. Les bruits, que vous avez peut-être déjà entendus, sont parfaitement justifiés. 2010 est une année exceptionnelle à Bordeaux. Je vous donne ici un résumé du millésime dans tous nos vignobles, à Bordeaux et ailleurs.

Bordeaux – le tri des grappes à Château Pichon-Longueville  - Pauillac
Bordeaux – le tri des grappes à Château Pichon-Longueville - Pauillac

Dans le bordelais, même si on a connu une fin de printemps et un été relativement secs, les vignes n’ont pas montré de signes significatifs de stress hydrique.

Les vendanges 2010 ont donné naissance à un millésime qui va indéniablement trouver sa place dans le haut du classement des millésimes avec une maturité exceptionnelle. D’un point de vue analytique, les niveaux de maturité battent des records, aussi bien sur les taux de sucres que sur ceux de polyphénols. Dans un style quelque peu différent, 2010 va pouvoir rivaliser sans aucun complexe avec son prédécesseur, le superbe millésime 2009.

2010 sera une grande année pour les blancs secs, les rouges et aussi pour les liquoreux, grâce à l’arrivée parfaite du Botrytis qui nous a permis de récolter une deuxième et troisième tries impressionnantes.

Le sud de la France a aussi connu une période de sécheresse pendant l’été. Nous avons utilisé pour la première fois un arrosage goutte-à-goutte sur une petite moitié du domaine, optimisant ainsi encore la qualité. Ici aussi, 2010 sera beau.

Bourgogne - Les vendanges au Domaine de l’Arlot - Nuits Saint Georges
Bourgogne - Les vendanges au Domaine de l’Arlot - Nuits Saint Georges

La Bourgogne a eu un peu moins de chance avec un hiver rigoureux, des gelées sévères qui ont fait des dégâts dans certains climats entraînant une baisse de volume non négligeable qu’une floraison irrégulière n’a pas améliorée. Un très faible rendement donc, mais une belle maturité pour ces 2010 et des vins charmants en dépit des difficultés climatiques de début d’année.

Tokaj – Disznókő – La vendange grain à grain des baies aszú
Tokaj – Disznókő – La vendange grain à grain des baies aszú

Tokaj n’a pas connu la sécheresse, bien au contraire : 800 mm d’eau sont tombés entre avril et mi-septembre. Année difficile marquée par une forte pression parasitaire, une très faible sortie, une floraison chaotique, avec pour conséquence une des plus petites récoltes de l’histoire de Disznókő. Les grains aszús vendangés permettront tout de même la production d’un millésime dans le style du 2004, aromatique, d’une belle vivacité et d’une structure privilégiant la finesse et l’élégance à la puissance.

Douro - Quinta do Noval – Foulage au pied dans les lagares
Douro - Quinta do Noval – Foulage au pied dans les lagares

Le Douro a connu une récolte d’un volume impressionnant, ce qui n’était pas arrivé depuis 2007. Cette production conséquente présente des vins très purs, élégants, aromatiques et bien structurés, tant pour les portos que pour les vins rouges secs.

Château Pichon-Longueville Baron 2005 n°1 parmi une sélection de 19 meilleurs vins français & internationaux

Bookmark and Share

Nous étions tous très heureux d’apprendre cette bonne nouvelle.

Ci-dessous l’article paru dans L’Express Spécial Vins écrit par Véronique Raisin.

Cette dégustation sera diffusée dans l’émission Envoyé Spécial sur France 2, demain, samedi 18 septembre à 13h50.

L'Express 08/09/10 - Château Pichon-Longueville

L'Express - 08/09/10 - Château Pichon-Longueville - Château Petit-Village

N° 1: Château Pichon-Longueville Baron 2005, Pauillac, France

Le classicisme bordelais a fait mouche semble-t-il. Le nez complexe, de violette, d’épices douces, se déploie magnifiquement. La matière est fine et racée, aérienne même, avec un raisin mûr. La texture soyeuse, très policée, a charmé les dégustateurs, avec ses tanins ourlés. Son origine française a tout de suite été décelée, sans hésitation pour aucun des jurés. L’un deux note à ce titre « on est au niveau d’un premier cru classé », un autre dit « je me sens à Bordeaux ». Le raffinement et l’équilibre du vin, sa finale fraîche surtout, ont fait la différence. A la fin de la dégustation, après quelques temps d’aération dans le verre, certains y sont revenus avec gourmandise.  

Lire aussi, sur Lexpress.fr, les commentaires de dégustation de ces 19 vins.

Le Marathon du Médoc à Château Pichon-Longueville

Bookmark and Share

Samedi dernier a eu lieu la 26ème édition du Marathon du Médoc. Nous participons de façon très active à cet événement, et Château Pichon-Longueville a accueilli deux fois la géante « Soirée des Mille Pates », à savoir le dîner pour environ 1500 marathoniens qui se déroule la veille, la dernière fois étant… l’année dernière. J’adore cet événement, et j’y ai couru moi-même à différentes reprises (très lentement, et pas toujours jusqu’au bout !) depuis 1991. C’est une manifestation joyeuse, une célébration du Médoc, de ses Châteaux et de ses vins. C’est également une affirmation de l’idée qu’une consommation de vin modérée et régulière, est non seulement parfaitement compatible avec un mode de vie sain et actif, mais fait naturellement et harmonieusement partie d’un tel style de vie. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de puritains ni de teetotalistes parmi les 8 800 participants, dont certains ont fait preuve d’un enthousiasme débridé pour notre vin, et pourtant chacun d’entre eux a dû se soumettre à un programme soutenu d’entraînement afin d’être présent le jour J.

Marathon du Médoc: l'équipe de coureurs de Château Pichon-Longueville

A Château Pichon-Longueville, nous avons une équipe de coureurs que vous pouvez voir ici sur les marches du château par une belle matinée, samedi dernier. Beaucoup d’entre eux participent depuis plusieurs années. Notez au centre la présence des journalistes Jean Francis Pécresse et Philippe Maurange déguisés en Tarzan et Jane.

Marathon du Médoc: Christian Seely devant Château Pichon-Longueville

Château Pichon-Longueville était au kilomètre 17 cette année, ce qui en a fait pour moi l’endroit idéal pour m’arrêter, car mon programme d’entraînement devait sûrement être le moins rigoureux de tous les participants. Mais j’ai passé un bon moment et pris du plaisir à courir sur cette distance. J’ai profité de l’occasion pour déguster des vins dans les différents châteaux qui ont jalonné notre chemin vers Pauillac et St Julien. A Pichon nous avons servi Les Tourelles de Longueville 2008, qui s’est révélé très agréable, et semble avoir été apprécié par les milliers de coureurs qui ont eu la chance de le déguster – servi comme vous pouvez le voir dans des verres à vin. En fait, je n’étais pas en train de boire deux verres mais de porter celui de ma femme pendant qu’elle prenait la photo.

lMarathon du Médoc: la banda “Biez Bat de Bassussary” et différents membre de l'équipe Château Pichon-Longueville

La dégustation était accompagnée de musique jouée par la banda “Biez Bat de Bassussary”. Vous pouvez les voir ici en photo avec différents membres de l’équipe de Château Pichon-Longueville qui ont travaillé très dur pour servir les milliers de dégustateurs devant le château, sous la compétente direction de Corinne Michot à gauche.

Marathon du Médoc: Ruth et Sophie Santry, Marie-Louise Schÿler, Théodore et Christian Seely

Les déguisements étaient l’ordre du jour. Ici, de gauche à droite, Ruth Santry, sa fille Sophie en ravissante Schtroumpfette qui a émerveillé mes fils, Marie-Louise Schÿler qui a couru le marathon très vite, et enfin au premier rang, Théodore Seely et moi-même.

Ce fut une merveilleuse journée, peut-être un peu plus chaude qu’on ne l’aurait souhaité, mais tout à fait typique des jolis jours ensoleillés dont nous profitons ici à Bordeaux en ce mois de septembre et qui offrent des conditions de maturation parfaites pour le millésime 2010. Ce dernier s’annonce très bon. Je vous en dirai plus lorsque je visiterai les propriétés la semaine prochaine.

L’épamprage à Pichon Baron

Bookmark and Share

Je viens de rentrer d’une courte visite de promotion à Singapour, et j’ai eu un réel plaisir, ce matin, à me promener de nouveau dans les vignes de Château Pichon-Longueville Baron, par une belle journée ensoleillée de printemps. Au cours de la semaine dernière, les vignes ont évolué rapidement et nous sommes actuellement en plein épamprage. Voici quelques photos montrant exactement de quoi il retourne.

Pichon-Baron - La vigne avant l'épamprage

La vigne avant l’épamprage. Des pampres poussent un peu partout sur le pied de vigne, qui a besoin qu’on le rafraîchisse un peu.

Pichon-Baron - épamprage - Michaël commence le travail de nettoyage de la vigne

Michaël commence le travail de nettoyage de la vigne. Sur le sol, on peut voir une ou deux pampres qui ont été coupées. Ces pousses n’auraient pas produit de fruit, et n’auraient fait que détourner l’énergie des bourgeons fructifères, que l’on ne trouve que sur les pousses de l’année précédente. Les autres bourgeons, présents sur les rameaux plus anciens, ne portent généralement aucun fruit et sont éliminés.

Pichon-Baron - épamprage à la serpette

Le travail avance. Dans la main droite de Michaël, on voit l’outil d’allure assez menaçante qu’il utilise : la serpette.

Pichon-Baron - épamprage - étape du rasage du pied de vigne

Voici l’étape du rasage du pied de vigne, où l’on s’assure que le vieux bois est parfaitement net. La plupart des pousses qui apparaissent sur les vieux bois ne porteront aucun fruit et doivent donc être éliminées. Essayez d’imaginer ce travail, qui doit être réalisé sur chaque pied de vigne de Pichon Baron, et vous commencerez à avoir une petite idée de l’ampleur de la tâche. Une seule personne peut normalement faire environ le quart d’un hectare en un jour sur des pieds de  Merlot, ou environ les deux tiers d’un hectare en une journée pour du Cabernet-Sauvignon.

Pichon-Baron - épamprage - éclaircissage des pousses sur le côté gauche de la vigne

Un petit éclaircissage des pousses sur le côté gauche du pied de vigne.

Pichon-Baron - épamprage - Satisfaction de Mickaël - Le pied de vigne a été parfaitement nettoyé

Satisfaction. Le pied de vigne a été parfaitement nettoyé. Remontez vers la première photo, pour le voir tel qu’il était auparavant. Toutes les pousses du vieux bois ont été éliminées, les pousses fructifères des deux côtés du guyot double ont été éclaircies. Le pied de vigne est prêt désormais à concentrer ses efforts sur les pousses fructifères qui demeurent. L’éclaircissage permettra une exposition optimale aux rayons du soleil, de même qu’une bonne aération, ce qui pourrait s’avérer vital dans les périodes humides, au cours desquelles un pied de vigne non nettoyé pourrait facilement être attaqué par la pourriture.

C’est un travail qui doit être réalisé sur chaque pied de vigne, afin de produire des raisins de grande qualité, pour le Château Pichon-Longueville.

On peut affirmer très justement que les grands vins de Pichon ne pourraient pas exister sans le grand terroir qui les produit. Pourtant, il arrive parfois que l’on parle trop de l’importance du terroir, au point d’en oublier d’accorder une reconnaissance suffisante à ces tâches essentielles, qui font appel à tout le dévouement et la compétence des personnes employées sur le vignoble, et sans lesquelles le grand vin de Pichon Baron ne serait pas ce qu’il est. La prochaine fois que vous lèverez votre verre de Pichon, pensez à la somme de travail qui l’a rendu possible.